Le Petit Yvernault illustré

Dictionnaire du patois Bourbonnais d'Archignat

DicoA

 

Aage : âge.

Abattant : battant d'un volet en bois.

Abeirâ : abreuver (du vieux français, abeurer).

Abeuille : abeille.

En cas de décès dans la famille, on met un crêpe à la ruche ; si on ne respecte pas cet usage, on est sûr qu'il y aura un autre deuil dans l'année.

Abeille Abeille

Abeurgeâ : couvrir, protéger - D'après le Dr Piquand, on disait « abregea » : verbe qui vient de « abre » (l'arbre sous lequel on se mettait à l'abri).

Abeurgea da poummes de terre : couvrir les pommes de terre. S'abeurgea embé da couvertures, de'-t un liais : se réchauffer avec les couvertures, dans le lit.

Abeurtas (» Tacoussis) : ronces, épines, immondices.

Abominâ : détester.

Abonde : abondance

Quocare que fait de l'abonde : quelque chose qui fait de l'effet. Quocu que fait de l'abonde : quelqu'un qui « tient chaud », pénible, envahissant, qui parle beaucoup ou un enfant turbulent.

Abouchâ (s') : tomber en avant, la bouche contre terre.-Aboulâ : tomber, apporter, donner, remettre en grandes quantités.

Queule ennade, là pommes e' z'abouleront : cette année, les pommes vont abonder.

Aboussounâ (s') : se recroqueviller --> Voir Boussou.

Abrandâ : enflammer, brûler comme un brandon (du vieux français, abrander).

Abrazâ : écraser, détruire (vieux mot de la langue romane qui vient du latin ab radere).

O z'auza tout abraza : il a tout écrasé.

Abrazâ (s') : s'écrouler.

La maizou s'est abrazade su le chi : la maison c'est écroulée sur le chien.

Abre : arbre (disparition du « r » prononcer, âbre) - Vaugelas dit qu'à la cour on disait abre et non arbre au XVIIième siècle.

Abrunsi : rendre plus foncé, au moment du crépuscule.

Acabanâ (s') (» Acatâ (s'), Agourli (s')) : se tapir.

Acabit : espèce, qualité, genre (dérive de la racine celtique, cab, dont vient moins directement le mot Français, qualité).

A cause (» Dacause) : parce que, pourquoi (à la fois explicatif et interrogatif).

Acatâ (s') (» Agourli (s'), A cabanâ (s')) : se cacher en se baissant à la façon d'un chat (du latin, cateia : raccourcir).-# Acagnardâ (non employé à Archignat mais dans le midi) : s'accroupir comme un chien (du vieux français cagnes : chien).

Acatounâ (s') : se mettre en catons (petits amas de farine qui s'agglomèrent avec l'humidité), on le dit d'une sauce.

Accomodâ : arranger une affaire.-Accourdâ : s'entendre ou agir en même temps - S'accourdâ pa travaillâ : se mettre d'accord pour travailler.

Accotâ : ce verbe formé de l'ancien mot du XIIième siècle a deux sens :

ü          Appuyer ou soutenir.

ü        Fermer une porte ou une barrière - On fermait avec une cote : étai ou cale.

Accreire : tromper - E voule pas t'en fer accreire : je ne veux pas te croire.

Achabâ : finir, mourir.-Achabé : achevé, terminé, mort.

Achabation : achèvement, la fin, le comble, c'est le bouquet - C'est le mot le plus spectaculaire de mon vocabulaire et particulièrement apprécié, outre-Rhin, enseigné par Bertrand à nos amis d'Hildesheim.

Acointâ (s') : se rapprocher, s'entendre, s'unir (vient de la racine celtique con et coin : uni ; coine en Irlandais celtique : compagne, épouse).

A croupeton : assis sur les talons (du bas latin, cropa : croupe).

Adi : adieu, au revoir.

A dire : locution très employée à Montluçon et qui exprime une idée de perte, de manque.

O la trouve à dire : elle lui manque.

Adoubâ (» Arcoiyâ, Manchâ) : arranger (du bas latin adobare), habiller, comploter
A rapprocher d'adoubement : la cérémonie par laquelle le parrain remettait son armure à l'écuyer pour qu'il devienne chevalier. Le mot existe en vieux Français : son mantel radoubé ; à rapprocher de bassin de radoub -
C'est le mot favori de notre neveu Bertrand, Franc-Comtois d'origine.

Adrail : adroit.-Adreite : adroite (adjectif).

à droite (adverbe).

Affaires : les vêtements, occupation.

Affaîtâ : mettre au sommet ou bien remplir.

Affenâ (» Apanâ) : donner du foin.

Affilade (» Ranche) : file, rangée de foin.

foin

Affinâ : tromper par ruse, finesse - Usité au XVIième siècle par Rabelais.

Affligea : malade, estropié.-Affligeation : embarras.

Affoulâ (s') : avorter.

Affutâ : aiguiser.-Affut : être d'affût, d'aplomb, en bon état.

Affutiaux : objets - Objets de toilette de peu de valeur selon le Dr Piquand.

Agalâ : égaliser, ranger.

Ageassâ : exciter - Agassa : agace selon le Dr Piquand.

Ageasse : pie (Agace ou agache en vieux français).

pie

Agoni : qui supporte des injures (en latin, agaliaso).

Agourli (s') (» Acatâ (s'), A cabanâ (s')) : se cacher en se baissant à la façon d'un chat.

Agourli : accroupi.-Agueurbi (s') : s'accroupir.

Agoyier : églantier.

élantier

Agoye (» Gratte-culs) : cynorhodon, fruit de l'Agoyier.

agoyier

Agrolâ : interpeller, aguicher - Réprimander, huer selon le Dr Piquand.

Agrôle : corbeau (nom féminin).

corbeau

Aguïlle : aiguille (triphtongue). - Aguïllade : longueur de fil à coudre aiguillée)

voir aussi --> Aiguillon.

Agusâ : aiguiser.

Aigue : eau (racine celtique : aig).

Aiguillon - Aguïllade : longue pique en bois pour stimuler les animaux au travail (boeufs de labours par exemple).

aiguillon

Aillou : ailleurs (aillour en vieux français).

Aimâ : aimer.

Aiza : aisé, facile.-Aizade : aisée, facile.

Ajoutâ : traire.

traire traire

Akeni : fatigué, épuisé.

Akeurbezounâ : replier sur soi-même dans le but de se dissimuler.

Akeurchâ (s') : s'accrocher (se dit des bêtes à cornes qui passent la tête entre les palessous de la crèche pour manger).

Akeurché-vous : mettez vous à table ! (familier). Peurnez ane akeurche (ou une keurche) : prenez une place (familier).

Alâ (s'en) : déborder, en parlant du lait.

Ale : aile.

Alentri : amaigri, las.

Alisou : ver du fromage.

All ou Alle : elle (pronom personnel, sujet).-La (» Rille) : elle (pronom personnel, complément).

Alluchâ : titiller, solliciter (cf Jean Louis Boncoeur, en vieux Français, allucher : allumer).

Amarrâ : user le tranchant d'un outil, ébrécher.

Ambé : avec.

Amblavâ : ensemencer.

ensemencer

Amenâ : produire.

Amochâ : meurtrir, abîmer.

Amore : mûres (fruit de l'éronces ou érondes).

mûres

"` Maeve : mûr (triphtongue).

Amoueindri : amincir.

Amusouères : futilités.

Anc : où ? (adjectif interrogatif).-Aneut : aujourd'hui - a : privatif, neut : nuit, aneut : avant la nuit, les Gaulois comptaient en nuits et non en jours.

Anideu : orvet.

orvet

Annâ : aller.

Apanâ (» Affenâ) : donner à manger.

Apercevère : apercevoir.-Apeurchâ (s') ou Apounâ (s') : s'approcher

Apouîntâ : dresser une échelle.-Apouîntâ (s') : se cabrer comme un animal, se mêler d'une chose, intervenir.

Après : préposition avec plusieurs sens qui n'existent pas en français :

ü   sur --> La clef est après la pouarte.

ü   occupé, en train de --> Alle est après lavâ.

ü   contre, acharné contre --> Ol est teurjou après me : il m'ennuie sans cesse.

ü   le long de --> Grimpa après los abres.

Araigne : araignée (du latin, aranea et du grec, arachné).

Arentel : toile d'araignée.

Arentelâ (» Etaraignâ) : enlever les toiles d'araignées.

araignée

Arauches  (» Rauches, Yayeux) : roseaux ou iris.

Arbicâ (» Rebiquâ) : relever, retrousser.

Arbichou : orgelet.

Arcandâ : tromper, filouter.-Arcandiais : marchand ambulant et par extension voleur, propre à rien.

Arceule : bride que l'on met autour d'un sabot quand il est fendu - Selon le Dr Piquand, argnelet : bois recourbé pour soutenir le rideau d'un berceau.

Arcevaire : recevoir.

Archanâ (» Bacanâ) : hennir, s'exclamer.-Archanades : hennissements, rires bruyants.

Arche : coffre, pétrin.

Archignâ : rechigner (du latin arcigno : mauvais).-Archignarde : rebuffade.

Arcoiyâ (» Adoubâ, Manchâ) : arranger, habiller, comploter.

Arduèse : ardoise.

Arfiâ (s') : compter sur - Selon le Dr Piquand, arfiat : avis, manière de voir.

Arfian : paresseux.

Argagne : vitalité, toupet.

Argardâ : être prudent, prévoyant.-Argardant : ladre, parcimonieux, avare.

Argôti : ratatiné.

Argoutinâ : traire encore quelques gouttes de lait après la tétée du veau.

Argrettâ (» Plainde) : se plaindre ou donner avec parcimonie.

Aria : petite personne sans importance, gênante (cf une piche, un roquet).

Ariau : araire (du latin, arare et du grec, aroo).

Armouère ou Armouèze : armoire (armoère à Gannat ou ormouèze à Varennes).

Armudâ (» Remudâ) : déménager - Et s'armudons pa la Saint Marty : ils déménagent pour la Saint Martin (le 11 novembre).

Arousâ : arroser.-Arouzouail : arrosoir.

Arpelâ (» Plessâ): tailler un buisson.

Arpensâ : repenser, réfléchir (appenser en vieux français).

Arpi : vipère.

vipère

Arpions ou Artais : orteils (du bas latin, arpionne : crochets ou articulus : arteil en vieux français).

Arrié : ordre du charretier pour faire reculer le cheval.

aussi --> Et voule arrié do pain : je veux aussi du pain.

le derrière d'après le Dr Piquand (Darrié en patois Archignatois).

Artaillâ : retailler.-Artailles : retaille.

Artillâ : équiper. Artillage : les outils agricoles ou tout l'attirail (d'un élève, d'un artisan, ...).

Artisous : semences pour vieillir le fromage.

Artoupian (» Gourgandin): gênant, roquet.

Arvinde : revenir.-Arvinhiu : revenu.

Arvirâ (s') : se rebiffer, se rebeller.

Assafrâ (» Machâ, Maziblâ, Misérablâ) : Abîmer, écraser.

Assaisounâ : assaisonner (la salade, ...).

Assarâ : réunir, revenir - Rassembler selon le Dr Piquand.

O l'est bou pas rassara : n'est-il pas encore de retour ?

Assiâ : asseoir (du latin : assidere).-Assigeâ : installer confortablement.

Assoumâ : assommer.

Attigeâ : exagérer ou handicaper.

Auche : ouche --> petite parcelle de terre près des bâtiments (du bas latin : olca ou olchia),

souvent transformée en verger ou potager.

Auchi : ouste, pour chasser un chien.

Auchou (» Oyou) : oison (racine celtique : auch).

Aulu (» Lu) : pour demander l'arrêt d'un jeu - Alu selon le Dr Piquand.

Auraille : eh bien, alors ? (du latin : res) - Et auraille : et alors !

Aute : autre.

Availlants : ensemble hétéroclite.

Avalouail (» Courgniole) : la gorge, le gosier, aptitude à avaler - Avalouère selon le Dr Piquand - Aveir un boun avaloail : une bonne descente de gosier.

Ave : oeil.

Aveir : avoir (verbe ou nom commun) - Aveir de l'avance : avoir de l'avance.

Aveunâ : disputer, donner une raclée.

Aveune : avoine - Aveine selon le Dr Piquand.Gagna l'aveune : un cheval qui se tourne sur le dos.

avoine

Avis : s'emploie dans m'est d'avis : c'est mon idée.

Avisâ : regarder.

Avri : atteindre un objet haut placé.

Ayand : gland - Ayon selon le Dr Piquand.

gland

Ayo : le, y (pronom) - Toujours avec « z' » - é zo ayo dit : je l'avais dit.

dico B

 

Ba : bac, auge surtout pour les cochons.-Bacholle : petit abreuvoir.

Bache : abreuvoir en pierre ou en métal, mangeoire.

abreuvoir

Babouines : babines.

Bacanâ (» Archanâ) : hennir, s'exclamer.

Bâche : toile protectrice imperméabilisée.-Bâchade : couverte.

Badâ : ouvrir la bouche ou la porte (racine celtique : bad ; du bas latin, badare : bailler ; en roman, bader : regarder la bouche béante ; a donné : badaud).

Bade ma la porte : ouvre donc la porte.

Bad'bé : celui qui bade (qui regarde la bouche ouverte).

Bagnâ : baigner, tremper (du latin bagnare).-Bagna : mouillé - Que pleut toujours sur l'bagna : la misère attire la misère.

Bagnaudâ : errer, trainer.

Bagoût (» Ratelle) : parler beaucoup.-Bagoulant : bavard.

Baguâ : greffer, baguer.

Baillâ (» Dounâ) : donner (vient du latin : batare, l'expression bayer aux corneilles vient du latin : batare = bailler donc regarder bouche bée).

Baire : boire (participe passé : beyu).

Bajaja (» Peuja): un drôle de mélange.-"` Bayayâ : qui parle à tort et à travers.

Bajouillâ : Déborder, jouer ou travailler dans la boue ou de l'eau sale (verbe et nom commun).-Bajouilloux : baveur ou maculé, vaseux.

Balai : genêt (qui sert à fabriquer le balai, vient du gaulois : banatlo).

Balant : balancement (du latin, baller) - Donner du balant : donner de l'élan. O zer los bras balants : il se tenait debout en balançant les bras.

Balin : grand drap ou étoffe pour ramasser les prunes.

Balisâ (» Beurgeâ, Chauchâ, Jablâ, Pilâ) : souffrir, faire mal.

Ballyâ : balayer.

Baloche : groseilles à maquereaux

petits sacs

testicules.

groseille

Bambignes : lèvres.

Bandouail ou Bandouet : bandeau que l'on met autour du visage pour le soutenir (pour les morts) ou quand on a mal aux dents.

Bane : dent de la fourchette, baisser la bane --> reconnaître ses torts, abdiquer.

Bangou : machoire inférieure tombante ou hyperthyroïdie.

Baqueue : Bergeronnette.

bergeronnette

Baraille : dispute.

Barbitas : vieilles choses, vieux papiers entassés sans ordre.

Bargeot : homme un peu simplet ou pou du mouton.

Bargier : Berger.-Bargiere : Bergère.

Baricot ou Baricout : petit fût.

Barrâ : fermer (du latin barrare).-"` Dovri : ouvrir.

Barriare : barrière.-Barriau : petite barrière à claire voie qui double la porte d'entrée et permet de maintenir cette dernière ouverte sans que les animaux entrent dans la maison (volailles) et sans que les jeunes enfants ne s'échappent - Eissouète ou entrouse selon le Dr Piquand.

Barrou ou Bâtou : gros bâton, gourdin ou pièce de bois pendue au cou des vaches pour les entraver.

Bassoule : échelle en bois sur laquelle on posait les faisselles de fromage pour l'égoutage.

Bassie : évier constitué d'une grande pierre plate adossée à un mur et munie d'une gorge creusée pour l'écoulement des eaux usées (vient du latin bacino : cuvette, bassin) - Histoire du fiancé qui s'était assis sur la bassie, à la veillée : il faisait tellement froid que quand il a voulu se lever pour partir, il avait le derrière collé sur la pierre.

Batouail : battoir pour laver le linge - Petai selon le Dr Piquand (même radical : b ðp).

batoir batoir

Batte : Frapper ou battre à la batteuse.

bateuse bateuse

Bauge (» Sa) : sac de jute qui contient 8 boisseaux de 20 litres, désigne aussi la toile de jute.

Baugeâ (se) : aller au lit.-Bauge (une) ou Baugea (un) ou Baugi (un) : lit pour les gens, litière pour les animaux (du celtique bolg (sac) et du gallo-romain bulga).

Bavoux : bavard ou bavoir pour les bébés.-Bavolette : bavette (vient du vieux français bave : bavardages, paroles moqueuses).

: bec ou bouche - Bada le bé : bayer aux corneilles (quand il pleut à la Saint Médard, 8 juin il pleut 40 jours plus tard, à moins que saint Barnabé, 11 juin lui coupe le bé).

Beau : peut être.-Beaube : peut être bien que oui. -Beaugi : peut être bien que non.

Beauco : beaucoup.

Beaudre : Boue (du latin borboros) - Borbe selon le Dr Piquand.

Bechâ : éclore, c'est le moment précis où l'oisillon casse la coquille et en sort.

Bedou : petit veau.-Bedoune : vache en langage enfantin.

Begâ : bégaya.-Beuge (un) : bègue (un).

Begaudâ : tourner en parlant du lait ou d'une sauce.

Belâ : béler.-Bela dans le ventre : avoir très envie.

Belou : agneau (du latin balare : beler).-Beloune : agnelle en langage enfantin.

Benelle : faute, erreur.

Bêque : guêpe.

Guêpe

Bequillâ : boîter ou marcher avec des béquilles.

Berchu : celui à qui il manque une ou plusieurs dents.

Besugnes : affaires (tout ce qui est matériel).

Betchiaud : bétail

sot, frustre.

Beu : boeuf.

boeuf

Bios : boeufs.

O touche los bios ambé l'aiguillade : il guide les boeufs avec l'aiguillon.

Beuche : pelle bêche.

Beugnâ : frapper fort.

Beune : hotte ou grande panière pour les fruits.

Beurchat : seau métallique qui recevait le lait du Jadeau et supportait le Coulouail.

Beurche : entaille.-Beurchu : entaillé, ébrèché.

Beurdillâ : remuer sans cesse.-Beurdillou : une personne agitée.

Beurdouille (la) ((» Boye) : le ventre, la panse.

Beurgau : bourdon.

bourdon

Beurgau jaune : frelon.

bourdon

Beurgeâ (» Balisâ, Chauchâ, Jablâ, Pilâ) : souffrir, faire mal.

Beurgiare : bruyère.

Beurjodâ : mélanger sans précaution.

Beurlaud : qui a perdu l'esprit, qui est retombé en enfance.

Beurli : petit sac.

Beurlue : ne plus voir clair, aveir la beurlue : être ébloui.

Beurnaillou : barbouillé, mal essuyé.

Beurouette : brouette.

Bezi (à) : porter sur le dos.

Bezinâ : travailler comme un Bezou ou un Tazou.

Bezizi : rémouleur (mot certainement d'origine italienne).

Bezou : minutieux (pour un travail), lambin (pour une personne).

Bezugne : les affaires, les objets ou le travail.

Bian : blanc.

Biaude : blouse ou robe défraîchie (du vieux français bliaut).

Bibâ (» Gobâ) : gober (les oeufs surtout).

Biessâ : bêcher.

Bigeâ : embrasser.

Bignache : panier de pêche (c'est une des origines du mot Biache : un quartier de Désertines, La biache étant le panier de repas des ouvriers).

panier

Bignon : beignet.

Bigorre : grand fût de foulage utilisé pour les vendanges.

Binâ : ensorceler.

Bion : rejeton de la pomme de terre.

Bios : boeufs.-Beu : boeuf.

Bizouaille : vent du nord, courant d'air.

Bla : seigle-"` Froument : froment ou blé.

Blanchouri : pâle.

Bôb : peut être que oui.-Bôji : peut être que non.

Bodieu, oh bodieu ! : quelle horreur !

Boin : coin en désordre, tas de choses non classées.

Boucan : bouc.

Bouchâ : fermer un trou avec des épines (branches épineuses) dans une bouchure.-Bouchure (» Bouessou) : haie, buisson.

Bouchier : boucher (le métier), vient du vieux français : tueur de boucs.

Bouci-boula : n'importe comment.

Bouclâ : mettre un anneau dans le nez d'un animal (un taureau) pour le maîtriser.

fermer ou terminer.

Boudife (» Bourtchiole) : enflure, cloque, vessie.

Bouème : bohémienne, femme peu soignée dans sa tenue vestimentaire ou de mauvaise réputation.

Bouérâ : mélanger grossièrement.

Bouessot (» Mesure) : boisseau, mesure agraire cylindrique, en bois et métal contenant 20 litres (surtout employée pour les céréales).

boisseau

Bouessou (» Bouchure) : haie, buisson.

Bouète : boîte.-Bouènotte : petite maison.

Bouétoux : boiteux.

Bouffâ : souffler pour éteindre.

respirer difficilement.

gonfler-Bouffet ou Boufferet : soufflet pour attiser le feu ou souffle.

Bougnâ (» Boutâ): croupir, tremper trop longtemps.-Bougné : trop macéré donc avarié, pourri.

De l'aigue bougnade : de l'eau croupie.

Bouhoumme (» Brayaud) : paysan.

Bouinat (» Bouzou): nouveau né.

Bouines : tripes (voir Ebouina : étriper).

Boulâ ou Boulayâ : mélanger ou troubler, mettre la confusion.-Boulouail ou Boulouet : bâton pour
mélanger.

Boulangier : boulanger.

Boulassou : trop gros et courtaud.

Boulet : grosse bille en fer.

Boulvarsâ : bouleverser.

Boun (e) ami (e) : petit (e) ami (e) ou amant (ou maîtresse).

Boune-dame : le jour de boune-dame est le 15 août, la fête de la Sainte Vierge.

Bounes-gens ! : exclamation qui indique la surprise, l'indignation ou la commisération.

Bounet : bonnet.

Bourbançâ : secouer, réprimander.

Bourgnou : ruche.

ruche ruche

Bourolle : Grande Palisse ventrue ou grosse femme peu dynamique.

Bourrâ : frapper. Vient de la bourrée : danse dans laquelle on frappe du pied-Bourras : le brouillard, la brume ou la neige.

Bourrassâ : être trop couvert ou empêtré dans ses vêtements.-Bourrasse : carré de tissu épais ou lange de dessus du nourrisson.

Bourri : le nombril ou l'âne.

Bourrinâ : bricoler - Pour le Dr Piquand : faire du bruit comme le bourri, l'âne qui archane.

Bourrissou (» Sarpet, Sautriquet, Chaluret) : petit individu ou personnage renfrogné (souvent le plus petit ou le plus faible de la famille ou de la portée).

Boursinâ : manger des châtaignes cuites à l'eau, en creusant directement avec les dents.

Bourtchiole (» Boudife) : enflure, cloque.

vessie.

Bousinâ (» élançâ): provoquer un mal sourd, persistant comme le mal aux dents ou l'onglée - Le Dr Piquand emploie bouzilla : ça m'élance.

Boussou : tas (de linge ou d'épineux).

Tomber à boussou : tomber sur le ventre --> Voir s'aboussounna

Boustifaille : grande quantité de nourriture ou nourriture de mauvaise qualité.

Boutâ (» Bougnâ): croupir, tremper trop longtemps - De l'aigue boutade : eau croupie.-Bout : grand laps de temps - Qu'a dura un bout : ça a duré longtemps. Le service de bout de l'an était une messe célébrée au 1ier anniversaire du décès.

Boutarau : Coulemelle, lépiote élevée.

coulemelle

Boutrignon : celui qui boude, qui a mauvais caractère, qui fait tout le temps la gaugne » la trogne.

Bouzou (» Bouinat): nouveau né.

Boye (la) (» Beurdouille) : le ventre, la panse.-Boya : ventru

Braillâ : crier, brailler (Du bas latin, bragir : braire).-Bramâ : beugler (employé pour les bovins ¹ réer), vient du grec bremein : bramer.

Brande : lande, terrain de mauvaise qualité, jachère.

Brandi (tout) : sans façon, directement.

Brandon : tison - Le dimanche des brandons est le 1er dimanche de carême : jour des beignets.

Brandounâ : flamber le tronc des arbres avec un brandon pour déparasiter (en latin brando : le feu).-Brandounade : une flambée

Branlâ : remuer régulièrement, osciller.

Bras : mancheron de la charrue.

Brasse : envergure d'une personne : c'est une unité de mesure proche de la toise.

Brayaud (» Bouhoumme) : paysan.

Braye : le pantalon des hommes ou la culotte des femmes (vient du latin braca : vêtement des gaulois).

Brêche : rayon de miel.

rayon de miel

Brique : pavé en terre vernissée que l'on fait chauffer dans le four du poêle et que l'on glisse dans le lit pour le réchauffer.

Brocâ : trébucher.

Broche : aiguille à tricoter ou petit bois sec pour allumer le feu.

Broignâ (» brugnassâ, brouillassâ, rouzinâ) : bruiner.-Broigne : brume.

Broillâ : brouiller - On broïlle la plume dé le lia de plume pa la feire bouffa : on brouille la plume dans le lit pour la faire gonfler.

Brolâ : beugler comme le taureau en colère.

Brouillassâ ou Brugnassâ (» Broignâ, rouzinâ) : bruiner - Brouillassâ est aussi employé en Champagne.

Bru : la nuit, l'obscurité, le bruit.

belle-fille.

Bujade : lessive ou tambouille.

lessive

Bujadier : grande cuve en terre dans laquelle on fait bouillir la lessive. Un trou à la base, muni d'une mâchoire d'âne, permet d'évacuer le lessis.

Bujadière : lavandière.

femme peu soigneuse.

lavandière

Bulli : bouillir.

pot au feu.

Bureau : brun, couleur terne. Cet adjectif désigne la couleur des oies communes.

Buseau : niais - Voir la morale de la fable annexée : le corbeau et le renard.

Butin : l'avoir, le matériel ou des choses pêle-mêle.

DicoC

 

Cabassa : courbé.

Cabotâ (» Chavâ) : creuser la terre, le bois (du latin cavare et du grec catoros).-Cabote : trou creusé dans le sol où l'on entrepose des légumes : betteraves, choux raves, carottes pour les hommes et les animaux, pendant l'hiver ; il est recouvert de terre et de branchages pour éviter le gel.

Mot cher à notre neveu Pascal !

Cabrâ : grimper (de capréa : chèvre).

Cacouet (» Chagnon): la nuque.

Cacrot : le crâne.-Cacrotte : la tête (caquerolle dans Rabelais).

Cafouillâ : bredouiller.-Cafouillis : fouillis.

Cafourgnon : petit réduit en désordre (du vieux français caforniau : bas comme un four).-Cafourniau : débarras au XVIIe, viendrait de capharnaüm.

Cala : noix. Fruit du Neugier.

fruit

Callot : enveloppe verte de la noix ou bogue de la châtaigne (du grec kaluptos).

Calabre (» Péchareaud) : long corps maigre - Un grand calabre : un grand escogriffe (vient de calamodès : semblable au roseau, le calame étant le roseau des égyptiens).

Calounière : abri, endroit de recel - Calounia : voler selon le Dr Piquand.

Cana : canard.-Canou : caneton.

Caneçon : caleçon.

Canelier : aubépine ou épine blanche.

aubepine

Canelles : fruit de l'aubépine ou pain d'oiseau.

aubepine

Cannelle ou Chantepure (» Douzi) : chantepleure (robinet d'un tonneau en perce).

canelle

Caouave : cou (triphtonge).

Capi : pourri - do bouais capi : du bois pourri.

Capi (se) : se dissimuler en parlant de quelqu'un qui est akeurbezouna.

Capiche : capuche (qui protège uniquement la tête) ou capuchon (manteau sans manches) (du latin capere : contenir).

Caque : coquille.

Car : chercher - Marche le car : va le chercher.

Carâ (se) : se montrer, faire le beau (du latin quadrare).

Carafé : giroflée

giroflée

Carcassâ : tousser sèchement ou caqueter.

Cariole : charrette, voiture à cheval ou à âne, pour le transport des récoltes.

charette charette

"` Charte : charrette, voiture à cheval ou à âne, automobile, pour le transport des gens.

"` Tombareau : tombereau.

Carne : viande de mauvaise qualité, injure.

Carriolâ : transporter dans une cariole.

Cassâ : casser.

Casse (» Moutte) : motte de terre dure.

grand récipient supérieur de la chaudière, en fonte ou en tôle.

Catafouine (» Chiasse, Draguenette, Drille, Fouère, Vas-y-vite) : diarrhée.

Catiche : poupée.-Catin : poupée, mais aussi prostituée.

pansement au doigt.

Catigiais : catéchisme.

Catou : grumeau - se mettre en catous --> voir acatouna (s').

Caulâ : celui-là.

Caupâ : couper le bec des oiseaux.

mettre une attelle.

Caure : noisetier.

noisetier  noisetier

Cave : le cuir ou le cou.

Cesse : s'utilise dans l'expression aveir cesse : voir la fin.

Châba : terminer, arrêter (comme Sabbat des Juifs : arrêt).

Chabail : oreiller - Mot fétiche de notre cousine de Paris.

Chabi ou Culi : attraper avec difficultés.

Chabranlâ : osciller.

Chabrot ou Chabeuriot : chevreau (du grec : kapros).

Chabrotâ ou Chacrotâ : secouer, gratter, dégriller le poêle.

Chacrôt : la tête.

Chacrot ou Chagueuriot : petit, chétif comme un chat.

Chagne : chêne.

chêne  chêne

Chagnon (le) (» Cacouet): la nuque (la place du chignon).

Chaillâ : personnage mal dégrossi.

Chale (» Echale): enveloppe sèche des fruits ou des oignons.

Chaleil ou Chalet : lueur de la bougie ou la bougie elle-même (échale : coquille où l'on mettait l'huile pour la lampe).

Chalou : chaleur.

Chaluret (» Sarpet, Sautriquet, Bourrissou) : petit individu malin.

Chamberière : bonne, servante.

Chambeuriare : bâton mobile d'une charrette qui permet de tenir les bras à l'horizontale quand on est à l'arrêt.

Chambrat : fenil.

Chamoisé : noirci par le feu (vient du grec camatos : la flamme).

Chandelle : bougie.

bâton de glace qui pend d'un toit.

Chanteau : tourte de pain.

Chaouave : chou (vient du latin caulis, c'est un triphtongue).

Chapérou : crête, huppe, en pointe sur la tête.-Chapiau : chapeau.

Chapuzâ : amincir un morceau de bois, enlever de la matière, creuser (vient du latin capetos : découpure).-Chapuzier : menuisier (vient de chapuis : la charpente).

Charail : charretée.

Charot : trou dans un vêtement, une haie ou le sol.

Charbounâ : se dit d'un poêle qui « tire » mal.-Charbougnier : charbonnier.

Chareugne : charogne.

Chârme : charme (arbre).

charme

Charpounâ : carder la laine ou manipuler convulsivement (vient du vieux français charpir).

Charrière : chemin à travers champs, où passe la charte : la voiture à cheval).-"` Chemi : chemin entre deux champs. - "` Rouette : rue étroite entre 2 maisons.

Charte : charrette, voiture à cheval ou à âne, automobile, pour le transport des gens.

charette

"` Cariole : charrette, voiture à cheval ou à âne, pour le transport des récoltes.

"` Tombareau : tombereau.

Chassâ : chasser (vient du vieux français sachier).-Chasseu : chasseur.

Chasse-galiare : poursuite infernale - C'est la chasse infernale, conduite par Gabriel le loup, Satan ou Gallière, à l'automne, et qui produit un bruit diabolique.

Chât : chat.-Chatouniare : chatière.

Chatécuriave : écureuil.

écureuil

Châtagne : châtaigne.

châtaigne

Châteugnier : châtaignier

châtaignier

Chateurtchi : couteau mal aiguisé.

Châtron : boeuf (bovin castré).-Châtreux : ongreur.

Voir en annexe l'histoire do châtreux do Trè-Taillants.

Chauchâ (» Balisâ, Beurgeâ, Jablâ, Pilâ) : souffrir, faire mal.

Chauche-vieille : celui qui épouse une femme plus vieille que lui.

Chausses : bas ou chaussettes.

Chavâ (» Cabotâ) : creuser la terre, le bois.

Chavan : hibou.

hibou

Chaviche : chouette

chouette  chouette

Chazière : petite étagère grillagée pour faire sécher les fromages (mot de vieux français qui vient du latin caséus).

étagère

Chazérou : planche qui supportait les fromages à sécher, attachée par une chaîne à la solive.

Chemi : chemin entre deux champs ou 1er passage pour entamer une parcelle à faucher.-"` Charrière : chemin à travers champs, où passe la charte : la voiture à cheval). - "` Rouette : rue étroite entre deux maisons.

Cherant : qui vend cher.

Cheurbe : chanvre.

Chevau : cheval.

Chi : chien.-Chinne : chienne.

Chia se : chez soi.

Chiare : chaise.

Chiasse (»Catafouine, Draguenette, Drille, Fouère, Vas-y-vite) : diarrhée.

Chiassoux : très sale, merdeux.

Chièbe : chèvre.

sauterelle verte.

chevalet pour scier les bûches.

sauterelle

Chôgnâ : mastiquer longuement.

Chti (» Roibri, Gueurlet) : maigre, chétif.

Cillâ ou Couinâ : grincer, pousser des cris aigus.

Ciroux (» Crassoux) : sale.

Claque : sabot féminin que l'on chaussait avec les pantoufles.-"` Sabotte : sabot fantaisie léger.

: coup.

Cobi ou Codinde : dindon.

dindon

Coche (» Treue, Gobette) : truie.

Coquât : le jars.

Combin : combien.

Conteurvent : volet.

Cornâ : lucane ou cerf volant.

lucane lucane

Cosse : vielle

vielle

Cosse ou Cossou : grosse bûche ou partie enterrée d'un tronc d'arbre.

Cotillon  (» Gounelle): désigne un vêtement féminin ou l'ensemble robe et jupon (du bas latin : gouna).

Cou : cela.-Coutchi : ceci. - Côla : celui-ci ou celui-là.

Couâ : couver.-Couasse : une poule qui veut couver.

Coude : coudre.

Coudiare : Coffin, corne de bovin évidée ou étui en bois, pendu à la ceinture et destiné à contenir la pierre à affuter (gouet en bourgogne).

coffin

Coueffe : la coiffe.-Couéchou : chignon mal coiffé ou amas de cheveux en désordre.

Couilleri : courlis.

courlis

Couine : sotte ou couenne : la peau du porc.

Couline : quenouille (du bas latin, conocula).

quenouille

Coulouail : couloir ou passoire munie d'un linge (une peuille) pour filtrer le lait.

passoire

Coume : comme.

Coumion : communion.

Couneite : connaître.

Coure : courir.

Courgniole (» Avalouial) : la gorge, le gosier.

Couta : côté.

Couti : emmêlé, embrouillé (s'emploie surtout pour les cheveux).

Coutissous (» Keurnia, Keurniassou) : cheveux.

Couverte : couverture.

Cracha (» Nacra) : ressemblant - Qu'est son père tout cracha : il ressemble beaucoup à son père.

Craillâ ou Craillounâ : tousser gras, cracher.

Crassoux (» Ciroux) : sale ou avare.

Crat : crachat.

Crêmiais : pot en terre pour conserver la crème.

Creire : croire.

Cret : crochet.

Creux ou Cros : un trou d'eau, une mare.

Crevant (» Keurvant) : village de la commune de Domérat auquel est attachée la formule « raide comme la justice de Crevant ». Cette locution s'explique par les châtelains, Guillaume de Crevant et son fils Jehan qui, aux XIIIième et XIVième siècles, exerçaient une justice sévère sur Crevant mais aussi Fleuriel, Ricros, La Perelle, la Croze et la Genebrière.

Crochâ : crier comme une poule qui appelle ses poussins.

Crochet : balance romaine.

balance

Croque-abeuille : Mésange.

mésange mésange

Croisée (» Feurnête) : fenêtre.

Crossâ : bercer.

Croué : croix.

Crougnon : quignon de pain.

Croyer : pommier sauvage (la croye est la petite pomme avec laquelle on fait le pisse-d'empied : cidre de mauvaise qualité).

DicoD

 

Da : faux (nom féminin du bas latin, daculus).
O bat le da : il aiguise la faux

faux faux

Daboure : de bonne heure.

Dacause (» A cause) : parce que, pourquoi (à la fois explicatif et interrogatif).

Dalâ : faire très chaud, sécher, bronzer - D'après le Dr Piquand, Dale : air chaud.

Dardelâ : trembler, frissonner - Aveir le dardelé : avoir la tremblote.

Darnâ : faire des auréoles sur un tissu.

Darnier : dernier.-Darnierèrement : dernièrement.

Darrié : derrière (nom commun ou adverbe) - Arrié selon le Dr Piquand.-Davant : devant (nom commun ou adverbe).

Das : des (féminin).

Das feunes : voir Feune.-Dos : des (masculin).

Dos houmes : voir Houme.

: dans, doigt.

Débagoulâ : parler à tort et travers, médire.

Débarbouillouail : serviette-éponge.

Débaugeâ : faire sortir du lit.

Débiganchâ : déhancher (vient de bigant : de travers, ce mot n'est pas employé mais on dit débigancha pour une allure bancale ; Alle est toute débiganchade).

Débitâ : abîmer.

Débizlant (en) : en biseau.

Déboudounâ : enlever la bonde d'un tonneau (sens propre). Se déballonner (sens figuré).

Décarrâ : partir, déguerpir.

déparer.

"` Soucarrâ : aller de travers (pour un tissu).

Décoeurpela : débraillé, avec les vêtements ouverts.

Dégrolâ : ébranler.

Démanchâ : défaire.

Demézelle : demoiselle, libellule.

gros pieu en bois, pointu à une extrémité, muni de 2 poignées et utilisé pour planter les pommes de terre.

libellule

Démurgeâ : déranger, faire partir.

Dénouzâ : dénouer.

Dépeu : depuis.

Déredzir : déraidir.

Dérisions : sottises.

Désacouâ : empêcher une poule de couver en l'enfermant sous une benne.

Deulzé (» Dru) : vif, en bonne santé.

Devanteau : tablier à bavette.

Déveurtouillâ : démêler.

Dévirâ : mettre en désordre.

Dévorâ : abîmer, détruire.

Dior : dehors.

Doublâ : courber.

Doucette : mâche.

Dounâ (» Baillâ) : donner.

Dourdan : lent, placide.

Dos : des (masculin). Dos houmes : des hommes.-Das : des (féminin). Das feunes : des femmes.

Douzi (» Chantepure, Cannelle) : chantepleure (robinet d'un tonneau en perce).

cannelle

Dovri : ouvrir.-"` Barrâ : fermer (du latin barrare).

Draguenette (» Chiasse, Catafouine, Drille, Fouère, Vas-y-vite) : diarrhée

Drapeau : couche (en tissu fin) pour bébé.

Dret : droit.-Drète : droite.

Dret là (» Etchi) : ici.

Drillâ : aller à la selle comme un canard, avoir la diarrhée.-Drille (» Chiasse, Catafouine, Draguenette, Fouère, Vas-y-vite) : diarrhée - Dringue selon le Dr Piquand.

Dru (» Deulzé) : vif, en bonne santé.

Durâ : patienter, endurer.

Dvalâ : dévaler, descendre rapidement.

DicoE

 

Ebeurcâ : ébrécher.

Ebeurlutâ : éblouir.

Ebeurvigeâ (» Effauri): apeurer - Mot favori de notre cousin Bergerat.

Ebouerâ (»Emarzelâ) : écraser.

Ebouinâ ou Eboyâ : étriper (Ebouinâ vient de bouines : tripes. Le verbe Eboyâ est surtout employé pour désigner l'opération réservée aux vairons, pêchés dans la Magieure).

Ebrata : à qui (quoi) on a enlevé un bras ou une manche.

Ecainâ : fendre, écarteler (vient de eclasa : briser).

Ecartâ : étendre le linge.

Ecassounâ : briser les casses ou mottes.

Echale : coquille où l'on mettait l'huile pour la lampe).

Echale (» Chale): enveloppe sèche des fruits (2ième peau des châtaignes, des noisettes)

peau

Echalle : échelle.-Echalier : petite échelle pour franchir la bouchure (le buisson).

Echandi : chauffer (du grec ekoma : brûlure).-# Réchandi : réchauffer

Echarpi : mettre en morceaux.-Echarugnâ : découper sans soin (vient de chareugne : charogne).

Echatouna : atteint par l'âge adulte.

Echausside (» Jargeot): chardon, cardère.

chardon

Echivâ : éviter (du vieux français eschiver : esquiver).

Eclâr : éclair.

Eclisse : roseau avec lequel on tressait les sicles pour faire sécher les fruits.

Ecouétâ : couper la queue.-Ecourtâ ou Ecourtinâ : raccourcir.

Ecourgnolâ (s'): s'époumoner (vient de courgniole).

Ecoussat : branche épineuse.

Ecouale : écuelle.

Effauri (» Ebeurvigeâ): apeurer.-Effougallâ : effrayer.

Effenillâ ou Effenaçâ : répandre, étaler.

Effri : atterrir, arriver.

Egouérâ (s) (» Ejarrâ (s), Eplâmi (s)) : se trouver mal, donc tomber en écartant les jambes ; s'aplatir (vient de Gouère).

Egoursinade ou Emarounade : grosse averse (vient de Grosi).

Egourzat (» Feurgoux) : branche de houx.

Egrognâ (» Gniaquâ) : déchirer au bord, effranger.

Egueurnâ : égrener.

Egueurzir : aigrir, rendre coléreux ou emmêler une chevelure.

Einquère : encore.

Ejaillâ (s) ou Ejardillâ (s) : être exubérant (du vieux français esgayer).

Ejarrâ : fendre.-Ejarrâ (s') (» Eplâmi (s), Egouérâ (s)) : se trouver mal, donc tomber en écartant les jambes ; s'aplatir.

Elançâ (» Bousinâ): provoquer un mal sourd, persistant comme le mal aux dents ou l'onglée.

Elevâ : élever.

Elourdi : assommer.

Emalissâ : mettre en colère.

Emarzelâ (»Ebouerâ) : écraser.

Embeurnâ : embarrasser, mettre en désordre (vient de bren : ordures).

Embringâ : mettre dans une mauvaise situation.

Embut : le biais, dans un tissu - Entonnoir selon le Dr Piquand.

Emmaintâ : prendre en main, diriger.

Emmanchâ : commencer.

Emmanches : embrouilles, arcanes.

Emouchine : pince pour saisir les naseaux d'un animal et le maîtriser - Emouraille selon le Dr Piquand.

Emparâ ou Enchappâ : échapper.

Empigne (» Piche) : pimbêche.

Empouazounâ : empoisonner.

Empougnâ : empoigner.

Empourtâ (s') : se couronner (les genoux), se blesser.

Encarnâ (s') : se mettre des soucis sur le dos, en prenant femme surtout.

Encheurbâ : recouvrir de chanvre ou être entortillé, prisonnier.

Encoubaissâ : entraver un animal à l'aide d'un taba qui le force à avoir le cou baissé - Einbara selon le Dr Piquand.

Encrère : faire croire (du latin accredere).

Endormes (avère las) : avoir sommeil.

Endret ou Endrail : endroit.

Engaugne : renfrogné, personne geignarde.

Engeançâ : faire fonctionner, mettre en place.

Engonsâ (être) : être gêné par des vêtements superposés ou trop petits.

Engueurnâ : semer, propager, disperser la vermine - Le chi ail da pioses, ô n'z'a tout engueurnâ : le chien avait des puces, on en a hérité.

Ennuaillâ : ennuyer.

Enrauchâ ou aveire la rauche : être enroué (du latin raucus : enroué).

Enreujâ : embrayer, commencer (vient de la reuge : le sillon).

Entarrouillâ (» Tarrouillâ) : couvrir de boue.

Entchiais : entier.

Enteurprende : entreprendre.

Entrain : activité importante.

Entremi : au centre, au milieu.

Enveurtouillâ : emmêler.

Enviâ : envoyer.

Epafiniâ (s') : se mettre en colère, protester. - éternuer

Epale : épaule.

Epargnâ : faire des éclairs.

Epiges ou Epigeoux : les épis.

Epinat : gros pied d'épineux.-Epine : brassée d'épineux.

Epine nère : Epine noire ou prunelier.

epine noire epine noire

Epingle (» Pièce) : pourboire donné par l'acheteur, en général aux enfants, quand le père vendait des animaux.

Epingue ou Epiaune : épingle.

Epiosâ : chasser les puces.

Eplâmi (s) (» Ejarrâ (s), Egouérâ (s)) : se trouver mal, donc tomber ; s'aplatir (vient sans doute de la main : palma).

Epleite : frêle, malingre, petit être rabougri.

Eplir : éclore (du latin expellere : expulser).

Epoudraillâ : Insulter, secouer physiquement ou moralement, chasser sans ménagement.

Epsou : épaisseur.

Equeutâ : enlever la queue des fruits.

Ereuillâ (s') : se repérer mais aussi regarder avec curiosité.

Eronces ou Erondes : ronces. Le fruit de l'éronces est l'amore : la mûre.

ronces

Esquintâ : abîmer, éreinter (du vieux français esquine : échine).

Etaraignâ (» Arantelâ) : enlever les toiles d'araignées.

Etaugeâ : épargner, ménager, mettre de côté.-Etauges : les économies.

Etchi (» Dret là) ou Tchi: ici.

Etcholé : maladif.

Etelle : étoile.

Eteurnâ : étrenner.

Etounâ : étonner.

Etourniche : balai muni d'un long manche et d'une serpillière, utilisé pour nettoyer le four avant de faire cuire le pain.

Etournzir : éternuer.

Etrange : perdu, déconcerté.

Etrangier : étranger.

Etrangouillâ (s') : s'étrangler en buvant.

Etraye : étroit.

Etrougeâ : piquer avec des orties.

Etrouges : les orties.

orties

Etuyoux : éteules.

Evanla (être) : être étalé.-Ezalâ (s') : écarter les bras.

DicoF

 

Fafiot  (» Tazou, Jargeot) : Lent, trop méticuleux.

Falot : lampe tempête

lampe

Fan : faim.

Faramine (bête) : bête imaginaire.

Farême : désordre, réunion d'Availlants.

Faugiare : fougère.

Fazillou (» Tautou) : méticuleux, qui bricole.

Fenasses  (mot souvent au pluriel) : semelles faites d'une couche de foin et portées dans les sabots.

Feugnassâ : paresser.-Feugnantise : paresse.

Feugnâ : sentir, renifler, fureter.

Feuillas : branches vertes, coupées aux arbres pour nourrir les animaux en cas de pénuries ou branches séchées, pour l'hiver.

Feunâ : faner.

faner

Feune : femme.-Houme : homme.

Feurdzir : refroidir - Verbe employé dans l'expression « un chaud feurdzi » : un chaud et froid.

Feurgaroux : personne agitée.

Feurgounâ ou Feurtouillâ (» Ravassâ) : chercher, déranger.

Feurgoux (» Egourzat) : branche de houx.

Feurlassâ : crisser, faire du bruit comme une feuille froissée.

Feurnête (» Croisée) : fenêtre.

ProductIDFeurtâ : frotter.-Feurtade : bonne correction, raclée.

Feurti : friche.

Filanche : filet pour capturer les poissons.

Fin : complètement, tout a fait.

Employé dans l'expression « au fin fond » : tout à fait au fond, loin.

Fio ou Fiave : fil.-Fluche (» Pessi) : petit débris textile.

Fiolâ : enivrer.

Floquet (» Nouze) : noeud de tissu dans les cheveux.

Flo : fléau (pour battre le blé).

fléaufléau

Flutiau : flûte fabriquée en bois de saule.

Fondu (le) : fromage fondu et épaissi avec de la farine et un oeuf (plat célèbre, réalisé avec un fromage de Chambérat).

Foie blanc : poumon.

Font : fontaine (Font Chaude et Fond Claude, à Couraud).

Forsure : tour de rein.

Fou : four.

Fouaille : badine, petite branche souple.

Foué : la foi.

Fouennat : bois de hêtre.

hêtre

Fouère (» Chiasse, Catafouine, Draguenette, Drille, Vas-y-vite) : diarrhée.

Fouèrou : crotté, sali (comme celui qui a la fouère) ou lâche, veule.

Fourchat : grande fourche en bois, à deux dents, pour transporter l'épine.

fourche

Fournicâ : dissimuler.

Fourrâ : entrer ¹ du français fourrer.

Foussat : fossé.

Fragne ou Fresse : frêne.

frêne

Franc : généreux.

Fraye (la) : le froid - Que fait fraye : il fait froid.

Fréquentâ (» Seugue) : avoir un(e) bon(ne) ami(e), flirter.

Frillâ : grésiller, comme le beurre dans la poêle.

s'acoquiner.

Froumâ : fermer.

Froumage (» Gamparou) : fromage.

Froument : froment ou blé.

blé

"` le bla : le seigle.

Frusquin (saint): s'emploie dans l'expression tout le saint frusquin : tout l'ensemble, tout le bazar.

Fumiare : la fumée.

Furounâ : fureter.

Fusâ : éventer ou user jusqu'à la trame.

DicoG

 

Ga : gars, garçon, fils.-Gage : fille.

Gadjane (» Gourdasse) : femme peu estimable, prostituée - Gariane selon le Dr Piquand.

Galié (» Gayaud) : se dit d'un tricot aux mailles trop lâches.

Galopâ ou Galvaudâ : errer, courir avec empressement (Galvaudâ vient du latin galbanum : galvauder).-Gambâ : marcher à grands pas, sans élégance.

Gamparou (» Froumage) : fromage.

Garaud : de couleur mal définie, bigarré
Gariau ou Garelle selon le Dr Piquand.-Garaude (
» Pigeassade, Piquassade) : bariolée, jaspée. - Garaude : gueule où bouche mais aussi femme bruyante, virago.

Gârce : garce.-Gargant : bandit.

Gari : guérir (du vieux français : gari).

Gassouillâ (» Sansuillâ ou Sansouèrâ) : salir ou laver grossièrement (dans la langue d'oc, souille : fange).

Gâte : s'emploie dans l'expression « se trouver gâte » : s'évanouir.

Gaugne : le visage (racine celtique : guen ; grec : guenus ; en latin genae : joues).

Avère la gaugne de travers : avoir le visage déformé, après une hémiplégie, par exemple.

Gaulâ : frapper avec une gaule pour faire tomber des fruits.-Gaule (» Plarde, Trique, Jable) : canne à pêche ou longue perche pour atteindre et faire tomber les fruits haut perchés.

Gavaud (» Marpaud, Jarreaud) : peu soigneux et maladroit.

Gayaud (» Galié) : se dit d'un tricot aux mailles trop lâches.

Geail : geai.

geai

Gealinier : poulailler (vient de geline : la poule) ou échelle sur laquelle les poules se juchent.

Gearbe : gerbe.

Geau : coq (du latin, gallus).-Geaupis (» Haillon) : Celui qui agit comme un petit coq.

Gendarmes : particules de lie qui flottent à la surface du vin.

Genouaïl : genou - La père do genouaïl : la rotule.

Genti : joli.-Gente : jolie.

Georget : coq nain.-Georgette (» Poule nine): poule naine.

Gésiais (» Peirrier) : le gésier (les volailles mangent de petites pierres pour aider à broyer les graines).

Giaulâ : hurler à la mort.

Gingâ : donner un coup de pied, surtout en parlant des animaux.

Gnachâ : mastiquer très longtemps.-Gnachou : celui qui n'a pas d'appétit.

Gnangnan : mou, mièvre.

Gniaquâ (» Egrognâ) : déchirer au bord, effranger, donner un coup de dent.

Gobâ (» Bibâ) : gober (les oeufs surtout).

Gobette (» Coche, Treue) : truie - Gore selon le Dr Piquand.

Mot familier à Marcelle, du Genêt.-"` Gorette : jeune truie, qui n'a pas encore eu de petits.

Gobille : bille.

Gode : vieille brebis.

Godiau : bêta.

Gômi : fané, flétri.

Gonfle : gonflé.

Gopline (surtout employé avec grande) : fille niaise.

Goré : trop salé.

Gormâ : tousser, se racler la gorge.-Gorme : la toux.

Gouère : tarte ou galette (et non brioche, comme pour les Creusois) - Voir aussi : Egouera.

Gouros selon le Dr Piquand : le gâteau.

Gouillâ  (» Vasâ): se vautrer dans la boue (en parlant des cochons) ou glisser dans un trou d'eau boueuse.-Gouillat (» Margouillat) : flaque boueuse, fossé.

Goujat : apprenti maçon

personne malpropre.

Goulant : gourmand (en latin, gulosus : goulu).

Gounelle  (» Cotillon): désigne un vêtement féminin ou l'ensemble robe et jupon (du bas latin : gouna).

Gourdasse (» Gadjane) : femme peu estimable, prostituée - Gariane selon le Dr Piquand.-Gourgandin (» Artoupian) : voleur, bandit.

Gourgeâ : repaître, saouler.-Gourgé : être repu, saoul de nourriture.

Gourgnâ : grogner.-Gourgnaud : grognon.

Goûta : le déjeuner de midi ou goûter (verbe) - Le goûter se dit : faire quatre heures.

Goutte : liqueur - La  goutte dos pernier de l'an était célèbre : goutte du premier de l'an.

Gouya : serpe à lame retournée au bout (goy en celtique : tordu).

serpe

Gozillâ : couper grossièrement, maladroitement.

Graillou : repas ou odeur de graisse rance.

Grapaud : crapaud.

crapaud

Grappe : marc de raisin.

Gratte-cul (» Agoye) : cynorrhodon - Fruit de l'agoyier.

agoye

Grave (nom féminin) : un petit caillou.

Grelottâ : faire du bruit.

Grépi : crépir.

Grilâ (» Silâ) : crier avec des sons très aigus - Vient du vieux français : guisler.

Grilloux : gratons (obtenus à partir du lard, coupés en petits dés et fondus).

Grosi (» Gueurzi) : grêlon.

Gueuchir : fatiguer (le mot viendrait de gué : la terre et du verbe choir : tomber).-Gueuchi (» Use, Vuse) : Usé, fatigué.

Gueuna : guenille, tissu ou vêtement (vient du grec : guenus : ganache).-Guenillou (» Peuille, Penille) : Chiffon - Ganas selon le Dr Piquand.

Gueurdeau : le dindon de la farce, le lampiste.

Gueurlandâ : quémander.

Gueurlet (» Roibri, Chti) : maigre, chétif.

 

Gueurlet : grillon.

grillon

Gueurlichâ : chatouiller.-Gueurlichou : chatouilleur.

Gueurlinâ ou Gueurlintâ : tinter.-Gueurlingeon : pampille.

Gueurnier : grenier.

Gueurnipille : marmaille, mauvais sujets.

Gueurnouille : grenouille.

grenouille

Gueurzi (» Grosi) : grêlon.

Gueusaille : les pauvres.

Guillâ (» Soriâ) : épier ou attendre.

Guignier : le cerisier ou le merisier.

cersisier  cersisier

Guigne (nom féminin) : merise.

DicoH

 

Hachou : la hache.

Haillon (» Geaupis) : Celui qui agit comme un petit coq.

Héroux : heureux.

Hérissou : hérisson.

hérisson

Hia ou Hiaci : glace ou gel.

Hiérossaire : hier soir.

Hivia : hiver.-Hivernade : période de froid, quelle que soit la saison.

Horail : tout à l'heure, en ce moment, eh bien ! et alors !-Houre : heure - A la bonne houre : c'est bien !

Houme : homme.-Feune : femme.

Huille jaune : huile de colza.

DicoI

 

Imbranlabe : inamovible et non pas inébranlable.

Immarchabe : impraticable.

Impourtance : importance.

Incréyabe : incroyable.

Incompeurnabe : incompréhensible.-Indéfasabe : inextricable.

Inquère : Encore.

Inservabe : de mauvaise humeur, grincheux.

Intchouabe : éternel, d'une très bonne santé.

Intéressa (» Crassou): avare, pingre.

Iun : un.-Iune : une.

DicoJ

 

Jablâ (» Balisâ, Beurgeâ, Chauchâ, Pilâ) : souffrir, faire mal. Faire tomber, tomber (en parlant de la pluie ou de la grêle, ...) ou pluie importante.

Jable (» Plarde, Trique, Gaule) : longue perche pour atteindre et faire tomber les fruits haut perchés (du latin caplare : meurtrir ; en provençal on dit chapler : écraser qui a donné le mot : chapelure).

Jabotâ : bavarder.

Jadeau : récipient cylindrique, en fer blanc, utilisé pour traire les vaches (vient du latin gabata : jatte).

Jadeaulée : contenu du Jadeau.

mesure

Jagnâ (se) (» Mussâ (se)) : cacher ou se cacher dans un endroit difficile d'accès.-Jagne : cachette dans laquelle il n'est pas facile d'accéder. C'est le recoin étroit du grenier, entre le plancher et la toiture - Pour le Dr Piquand, ce mot désigne les joncs, du latin jugere : plante flexible.

Jalâ : geler.

couvrir en parlant uniquement de l'accouplement des oiseaux - Jola selon le Dr Piquand.

Jangouillâ : bredouiller, parler indistinctement, par hésitation ou à la suite d'une maladie du gosier.

Jappâ : aboyer mais aussi être bavard.-Jappan : bavard.

Jargeot  (» Tazou, Fafiot) : lent, tatillon, trop méticuleux (viendrait d'un village au nord de Frontenat : Jarges). Il existe encore à Louroux-de-Beaune, une chapelle, dans l'église paroissiale, des Saints Innocents ou Saints Jargeots.

Jargeot (» Echausside) : petit chardon bleu.

chardon

Jargeotâ : parler de choses sans intérêt, en donnant trop de détails ou ressasser.

Jargier : la poitrine.

Jarre : jambe.-Jarreaud (» Marpaud, Gavaud) : maladroit.

Jaspignâ (se) : s'expliquer avec vivacité, se quereller.

Jaute (» Viaille) : la joue - Aveir lo jautoux : avoir les oreillons.

Jauvagnâ : mûrir (en parlant des fruits) ou mal supporter la douleur.

Jauyé : emmêlé, embrouillé (s'emploie surtout pour les fils, la laine)

Javelle : céréale coupée avant d'être mise en gerbe ou la gerbe elle-même.-Javelle (en) : en désordre.

Jeu : obligé - E sèbe jeu : je suis obligé.

Jiolâ : hurler à la mort.

Jou : jour.-Journade : journée.

Journau : surface de terre, surtout de vigne, qu'un homme peut travailler dans une journée.

Ju : joug.

joug joug

Juilles : lanières de cuir pour fixer le joug.

Juchâ : être perché.

Julliâ : faire sortir du jus.-Jutâ : rendre du jus.

DicoK

 

Cette lettre a souvent été remplacée par le C ou le Q.

Keurbâ : perçer ou crever.-Keurche : place, entaille ou crochet.

Keurdâ : crier.

Keure : cuire.-Keu : cuit.

Keurnâ ou Kramâ : brûler (kramâ vient de kra : brûlé en langue Celte).

Keurnia ou Keurniassou (» Coutissous): cheveux.-Keurniare : crinière ou chevelure.

Keurvâ : crever, mourir.-Keurvasion : maladie qui peut entraîner la mort ou injure.

Keurvant (» Crevant) : village de la commune de Domérat auquel est attachée la formule « raide comme la justice de Crevant ». Cette locution s'explique par les châtelains, Guillaume de Crevant et son fils Jehan qui, aux XIIIième et XIVième siècles, exerçaient une justice sévère sur Crevant mais aussi Fleuriel, Ricros, La Perelle, la Croze et la Genebrière.

Keusse : cuisse.

Koumençâ : commencer.

DicoL

 

La (» Rille) : elle (pronom personnel, complément).-All ou Alle : elle (pronom personnel, sujet).

La quo ou Laqueulle : laquelle.-Las quos ou Laqueulles : lesquelles.

: lard.

labourageLabourâ : labourer.

 

Lait : lait - Alle est boune de lait : elle est bonne nourrice ou c'est une bonne vache. Alle est teurjous au lait ou aux oeufs : elle toujours enceinte ou en allaitement.

Le lait de bê : lait, riche en colustrum, bien jaune (n'est-ce pas Hélène !).

Lançâ : élancer.

Landier : chenet.

Lane : laine.

Là-vous : où (uniquement dans la forme interrogative).

Le quo : lequel.-Los quos : lesquels.

Lessis : lessive composée d'eau additionnée de savon et de cendres de bois.

Letchiare : litière.

Leuchâ : manger gloutonnement.-Leucherie : friandise. -Leuchou : gastronome ou gourmand.

Liait : lit (vieux français du XIIIième siècle).

Liard : lierre.

Liaroux : morveux.

Lièbe (ane) : Un lièvre ou une hase (ce mot est toujours féminin).

lièvre

Lignave : le frein de la langue (vieux français : ligneul, en latin : lignolus).

O l'a le lignave : il parle avec difficulté.

Lipoux : collant, gluant.

Lise : larve de la mouche.

Liza : Lézard

lezard

Longe : longue.

Loquet : hoquet.

Loubâche : tique (vecteur de la maladie de Lyme).

Les connaissances du patois sont utiles, même au CHRU de Clermont-Ferrand, hein Marie ?

tique

Louvâ : lever.-Louvan : levain.

Lu (» Aulu) : pour demander l'arrêt d'un jeu - Alu selon le Dr Piquand.

Lugeâ : louer, engager quelqu'un.

Lumas : limace ou escargot.

Lunaud : lunatique.

DicoM

 

Ma : donc, seulement --> J'en reviens mâ que : traduction de Narcisse à son adjudant : je reviens seulement (de l'exercice) !

juste --> E voule mâ dormi : je veux juste dormir.

traduit une provocation --> Essaie mâ que ! : essaie voir 

traduit aussi un défi --> Vins'y mâ ! : viens donc !

Machâ (» Assafrâ, Maziblâ, Misérablâ) : Abîmer, écraser.-Machurâ : meurtrir et salir à la fois (un visage peut être machuré suite à une chute).

Maeve (» Meûr) : mûr (triphtongue).

"` Amore : mûres (fruits).

mures

Magnâ : toucher, tâter.

Magnabe : aisé, facile.

Magnare : manière.

Maigue : petit lait (mot du vieux français).

Main : gant de toilette.

Mairerie : mairie.

Malafaux : à mauvais escient, injustement.-Maldisant : médisant.

Maléchaud : maréchal-ferrant.

Malendurant : impatient.-Malice (faire) : agacer.

Malplaisant : revêche.

Mamot ou Mamu : simplet.

Man : maman.-Pa : papa.

Manchâ (» Adoubâ, Arcoiyâ) : arranger, habiller, comploter.

Manhiâ : mal habiller, attifer.

Maraud : chat.

Marchat : le marché.

Margouillat (» Gouillat) : flaque boueuse.

Margoulette : mâchoire (vient de goule : gueule).-Margounâ (» Maronâ, Rouffâ) : bougonner, ronchonner.

Marguignotte : petit lézard gris.

lezard

Marle : merle.

Marluche : merlette.

merle

Maronâ (» Margounâ, Rouffâ) : bougonner, ronchonner (vient de maraud : le chat).

Marpaud (» Gavaud, Jarreaud) : maladroit et peu soigneux.

Marre : pioche, houe : seulement pour le Dr Piquand mais ce mot qui n'est pas de notre vocabulaire a quand même été repris dans Amarra.

Marti (la Saint) : Saint Martin, le 11 novembre.

Mati : matin.

Matouillâ (» Ringeâ) : mastiquer longuement, ruminer.

Mau : le mal.-Maude : moudre.

Mazanda : manipuler.

Mazde : fourmi.

fourmi

Maziblâ (» Assafrâ, Machâ, Misérablâ) : abîmer, écraser.

Mé : Plus, davantage - Baille m'en mé : donne m'en davantage. - Déjà - O l'a mé demandade : il l'a déjà demandée.

Méfianzeté : méfiance.

Meitenier : métayer.

Mélâ : mélanger.

Mèle : nèfle (du latin, mespila).

nèfle

Memouère (» Souvenance) : mémoire.

Menâ : conduire.

Ménageâ : économiser.

Menine : marraine.

Menusier : menuisier.

Méqueurdi : mercredi.

Mère : ferment gélatineux du vinaigre.

Messou : moisson.

moisson moisson

Mesure (» Bouessot) : boisseau, mesure agraire cylindrique, en bois et métal contenant 20 litres (surtout employée pour les céréales).

mesure

Meuche : mêche.

Meuilliou : meilleur.

Meûr (» Maeve) : mûr.

Meurge : musareigne.

musareigne

Miadi : midi.-Mianave : minuit.

Miau : miel.

Migeâ : manger.-Migeaude : mie (de pain).

Millias : clafoutis aux cerises (qui viendrait du latin meila : mélanger).

Miou : mieux.

Misérablâ (» Assafrâ, Maziblâ, Machâ) : Abîmer, écraser.

Mitan : milieu, centre.

Mites : moufles.

Moa : mort (adjectif).-Muri : mourir.

Môchâ : moucher ou river son clou à quelqu'un.

Môche : la mouche.

mouche

Môcherou : moucheron.

moucheron

Monier : meunier.

Motchié : moitié.

Môtou : mouton ou bélier.

Mouchouaïl de caouave : mouchoir de cou (les jours de batteuse, les hommes se nouaient autour du cou ce petit carré de tissu pour éviter que la balle pénètre dans la chemise). Cette expression désigne aussi les grands châles que les femmes se croisent et se nouent sur la poitrine.

Moude (le) : les gens (dans la conjugaison, ce mot singulier implique un verbe à la troisième personne du pluriel, le moude voulont s'en'a : les gens veulent partir).

Mouénau : moineau.

moineau moineau

Moularde : boue.-Mouligo : mou.

Mouli : moulin à eau ou à vent (pour vanner c'est le tarare).

Mournifle (» Viailloux ou Vire-marion) : gifle.

Moutâ : monter.-Moutade : côte.

Moutte (» Casse) : une motte de terre dure.

Mouyan : le moyen.

Mnine : marraine.

Mu : mur.

Muri : mourir.

Mussâ : bouder ou réfléchir.-Mussâ (se) (» Jagnâ (se)) : se cacher.

DicoN

 

: aller (c'est un verbe irrégulier --> voir conjugaison).

nez.

Nacra (» Cracha): exactement, quand il s'agit de ressemblance, tout craché.

Naïl ou Nère : noir.

Nasse (en) : en friche (d'après le livre « Domérat, la mémoire du temps » la rue des Asses viendrait de ce mot).

Nauri : nourrir.

Negiau (» Ouais) : noyau (des fruits).

Neu : neuf (du latin novus).

Neugâ : neiger, nager ou noyer.-Neuge : neige.

Neuge (en): en sueur.

Neugier : noyer (arbre). Le fruit est le Cala.

noyer  noix

Neuil ou Neut : la nuit.

Que fait bru, que fait naeve : il fait nuit.

Nezille : noisette (vient de nouzille : la petite noix).

noisette

Niachou : qui chipote pour manger (se dit d'un enfant qui a un petit appétit).

Niau : garde-nid (vient du latin nidres : nid) ou oeufs pourris.

niais, nigaud (comme l'oiseau pas encore sorti du nid, gnoulu en Bourgogne).

Nine : naine (pour parler de la poule, surtout).

Nore : bru.

Nouël : noël.

Nourrains : jeunes porcs à l'engrais.

Nout : notre.

Nouzâ : nouer - Nouza l'aiguillette : empêcher la consommation d'un mariage par l'impuissance du mari.-Nouze (» Floquet) : noeud.

DicoO

 

O : il.

Oblidâ : oublier.

Oche (» Oye) : oie.

oie

Oeu : oeuf (pluriel : dos aouaves, c'est une triphtongue).

Onhyes : ongles (du latin uncus).-Onhyade : onglée.

Orille : oreille (du latin auris puis du bas latin oricula).

Osiau : oiseau.

Ouais (» Negiau) : noyau (des fruits) ou os.

Ouatte : zut.

Oueille : brebis (du grec ois et du latin ovis).

Overier : ouvrier.-Ovrage : travail.

Oyat : peuplier (ce mot se retrouve dans la place des 3 ayards à Montluçon).

Oye (» Oche) : oie.-Oyou (» Auchou) : oison (racine celtique : auch).

DicoP

 

Pa : papa.-Man : maman.

Paeve : poux.

poux

Païl (» Pouais) : pois, grain de haricot.

Pairier : poirier.

poirier

Paire : poire.

poire

Palisse : corbeille, quelque fois fermée par un couvercle, tressée en paille de seigle assemblé par des lianes de ronce, utilisée pour la conservation des grains, des fruits secs ou pour faire lever la pâte à pain.

corbeille  corbeille

Palessou : montant vertical en bois qui sépare les mangeoires des bovins.

Parail : paire (ce mot est masculin).

Palle : la pelle.

Pardrix : Perdrix.

perdrix  perdrix

Paré : n'est-ce pas ?

Parluchâ (se) : se pourlécher.-Parleuche : langue. -An langue de peuille : quelqu'un de médisant.

Parpet : poitrine, plastron.

Partant : pourtant.

Partu : trou (à rapprocher de Perthus ou pertuis).

Parouesse : paroisse.

Patachâ (» Piénigeâ) : piétiner.

Pâtchiais : pâté ou tourte.

Patouillâ (» Pétrounâ) : pétrir sans soin, malaxer.

Paume : planche ronde pour enfourner pâtés et tartes.

Péchareaud (» Calabre) : héron.

homme grand, dégingandé.

héron

Pêcherie : petite pièce d'eau.

Peirre : Pierre.

Peirre à agusa : Pierre à aiguiser ou meule.

pierre

Peirrier (» Gésiais) : le gésier (les volailles mangent de petites pierres pour aider à broyer les graines).

Peissière : claie placée à la pelle d'un étang pour arrêter les poissons.

Pèle : la poêle.

Pelotoux : peleton de fils.

Pendouère : sautoir ou pendentif.

Penille (» Guenillou, Peuille) : Chiffon.

Petassâ (» Rapetassâ, Rapsodâ) : raccommoder (retisser avec des fils)
ou poser des pièces (des petas).

N'est-ce pas Bertrand ?-Peta (» Pièce) : petit carré de tissu cousu pour réparer un accroc ou boucher un trou.

Petade : pet.

Petit nom : prénom.

Petoux (» Queutoux, Vontoux) : honteux et timide.

Pétrounâ (» Patouillâ) : pétrir sans soin, malaxer.

Peuchier : pot à eau (du latin, picarium).

Peugère : pouvoir (verbe).

Peuille (» Guenillou, Penille) : Chiffon.-Pessi (» Fluche) : petit débris, venant surtout d'un morceau de tissu.

Peuja (» Bajaja) : brouet, mélange peu ragoûtant.

Peunâ : peiner.-Peûne : la peine.

Peuriâ : prier.-Peuriare : la prière.

Peurion : profond.

Peurnier : prunier

prunier

Peurne : prune

prune

Peurnière : sieste.

Peursounne : personne.

Peyssiau : pauvre hère.

Peyssou : poisson.

Piau : peau.-Piaumudâ : changer de peau ou de plumage

Piauma selon le Dr Piquand.

Piaulâ : crier.

Piche : poulette. - pimbêche, femme de caractère irascible, hautaine (» Empigne).-Pichou : coquelet

Picquenchagne : clafoutis aux pommes, poires ou coings.

Pidançâ (» Pilâ) : piler, écraser, appuyer - Pour le Dr Piquand, bien pidança veut dire : bien nourri car pideance est tout ce qui se mange avec la pain.

Pièce : petit carré de tissu cousu pour réparer un accroc ou boucher un trou (» Peta).

pourboire (» Epingle).

barrique de 220 litres.

Pied d'agneau (» Pourret) : morve, quand elle sort du nez.

Piénigeâ (» Patachâ) : piétiner.

Pigeon : joint en ciment pour les tuiles faîtières.

Pigeaçâ : jasper.-Pigeassade (» Piquassade, Garaude) : bariolée, jaspée.

Pignâ : peigner, attraper, atteindre.-Pigne : peigne.

Pignée : raclée, correction.

Pigouet : éveillé, espiègle.

Pigot : lance-pierres.

Pilâ (» Pidançâ) : piler, écraser, appuyer.-Pilâ (» Balisâ, Beurgeâ, Chauchâ, Jablâ) : souffrir, faire mal.

Pintarde : Pintade

pintade

Piofoulets : petits cheveux (ceux des jeunes enfants ou des vieillards).

Piose ou Piosou : puce, puceron - Piosou est aussi celui qui a des puces.

Par familiarité, désigne un petit être chétif, gros comme une puce.

puce

Piquassade (» Pigeassade, Garaude) : bariolée, jaspée.

Pique feu : tisonnier.

Pissanliais : pissenlit.

pissenlit

Pisse-d'empied : cidre de mauvaise qualité.

Pisserote : vulve - Pour le Dr Piquand, c'est la chauve souris.

Pivâ : mourir.

Plainde (» Argrettâ) : se plaindre ou donner avec parcimonie.-Plaint (un) : une plainte.

Plarde (» Gaule, Trique, Jable) : longue perche pour atteindre et faire tomber les fruits haut perchés.

Plessâ (» Arpelâ): tailler un buisson (a donné Plessis-Robinson).

Pleure : pleuvoir (du latin, pluere).

Pligeâ : plier.

Plintite : lit de plumes (matelas garni de plumes).

Plongeon : meule de grains à battre ou de paille.

meule

Plot : billot, gros morceau de bois.

Plumâ : plumer, éplucher.

Pochou : sac en papier - Pour le Dr Piquand, c'est une poignée de paille.

Point do jou : aurore.

Pompe aux gratons : brioche faite avec les grilloux.

Ponde : pondre.-Ponhiu : pondu.

Por : pauvre.

Poroux : peureux.

Port : la fête - L'apport selon le Dr Piquand.

Pou : le puits.

Pouais (» Païl) : pois, grain de haricot.-Pouais : cochon (l'animal).

Pouarte : la porte.

Pouchâ (» Touassâ, Toussinâ) : tousser, éternuer.-Pouche  (» Touasse) : la toux.

Pouèl : poil ou le poêle (en latin, patella).

Pouésou : poison (ce mot s'employait au féminin).

Pougne : poing (du latin, pugnus).-Pougnade : poignée.

Poulais : poulets.

poulet

Poule nine  (» Georgette) : poule naine.

Pouli : poulain.

Poume-tare : pomme de terre.

pomme de terre

Poummier : pommier.

pommier pommier

Poume : pomme.

pomme

Poureau : poireau (en latin, porrus).

Pourret (» Pied d'agneau) : poireau ou morve, quand elle sort du nez.

Pourseugue : poursuivre.

Pourtâ : porter.-Pourtade : portée (d'animaux).

Pouté (faire) : bouder.

Pra : le pré (du latin pratum).-Prade : prairie.

Prende : s'enflammer ou démarrer.-Prende : cailler.

Preinde : prendre.-Preisou : la prison.

Profitâ : croître, grandir.

Pronobis : palabres.

Prou : assez, beaucoup.

petite poire (mot à rapprocher de croye : petite pomme).

Proumeute : promette, assurer.

Pudâ : puer.-Pudant ou Punais : sale ou malodorant.

Pupu : la huppe (l'oiseau).

huppe

La huppe sur la tête se dit : Chapérou.

Purâ : pleurer.

DicoQ

 

Quarre : aller chercher (du latin quaerere) - Marche là quarre : va la chercher.

Quart : 110 litres de vin.

Que : qui ou quoi.

Seulement - O l'arrive que : il arrive seulement maintenant.

Queul : ce ou cet (devant une voyelle).

Queuque : quelque.

Queuriou : curieux.

Queusse : cuisse.

Queutoux (» Vontoux, Petoux) : honteux et timide.

Quillâ : glisser, déraper - Que Quille, à mati : ça glisse ce matin ! (formule souvent employée par Narcisse)

Quinchâ : pencher - Guincha selon le Dr Piquand

Quique : qu'est-ce que ?

Quôcare : quelque chose - Quoquare pour le Dr Piquand.-Quôcou : cette fois.

Quôcu : quelqu'un.-Quôque : quelque.

Quoué : quoi ? ; à quoi bon ?-Quoume : comme.

Quouérail : communal (terrain central) - Quarroné selon le Dr Piquand : carrefour (ou on cherche son chemin).

Quouline : quenouille.

DicoR

 

Rabanelle : croûtes sur une tête sale - Rougnes selon le Dr Piquand.

Rabaneau : ravenelle.-Rabe : rave.

Râblâ : gauler, surtout les noix.-Râble : long bâton pour gauler.

Rablé(e) : se dit d'une personne petite et trapue.-Rabot : petit, maigre - Désigne souvent le dernier d'une famille ou d'une portée, qui n'a eu qu'une tétine arrière, donc mal nourri

Râche : maladie de peau voisine de l'impétigo (En bas latin rasicare : la rocaille et radare : gratter) - La crypte de l'église de Domérat abrite une statue de Notre-Dame de la Râche.

Raclures : quantité de foin récupérée grâce au râtelage.

Racot : restes, débris, trognons - Ragot selon le Dr Piquand.

branche séchée.

Radoubâ : réparer (voir adoubâ).

Raffut : bruit important (du latin ravio : je crie).

Raga ou Ragasse : virago, criard.-Ragot : cancan - On ne dit pas ragota comme le Dr Piquand.

Ragougnasse : rata, nourriture médiocre.

Rai : rayon d'une roue.

Râlon : barreau d'une chaise ou d'une échelle.

Ramassâ : s'infecter.

Ramble : grande oseille sauvage.

Rame : branche ou tuteur pour petits pois et haricots - Ramâ los pouais.

Rameau : buis.

Ranche (» Affilade) : rang ou rangée.

Ane ranche de foin.

rangée

Rang : averse.-Rang (de) : à la suite.

Rapetassâ ou Rapsodâ (» Petassâ) : raccommoder (retisser avec des fils) ou poser des pièces (des petas). Rapsodâ vient du latin rapto : rapiécée.

Rassarâ ou Raseurbillâ : rassembler ou regagner son logis.

Rassouillâ (se) : subir une bonne averse.

Rat : pinçon qui donne une tache de sang sous la peau.

Ratelle (» Bagoùt) : parler beaucoup - Aveir ane boune ratelle.

Ratiau : râteau.

rateau

Ratouère : ratière.

Ratounâ : faire un petit bruit discret comme celui d'un rat qui grignote.

Ratvoulante : chauve-souris (cf docteur Piquand).

chauve-souris chauve-souris

Raube : robe.

Rauche (aveir la) ou Rauchu : avoir la voix enrouée, on est rauchu (du latin, raucus).

Rauches (» Arauches, yayeux) : roseaux ou iris.

Ravassâ (» Feurgounâ, Feurtouillâ) : chercher, déranger.

Ravenelle : rave sauvage.

Rayâ : rayonner, éclairer (du vieux français raïer).

Re : rien.

Rébâ : rêver ou être perdu, ne plus reconnaître un lieu ou ne plus retrouver ses idées.

Rebiquâ (» Arbicâ) : relever, retrousser.

Recevère : recevoir.

Recta : juste.

Réchandir : réchauffer.-"` Echandir : chauffer.

Recipâ : réparer grossièrement.

Refeurdzir : refroidir.

Regardant : économe, voire avare.

Régie : bande de personnes peu recommandables (on disait : régie à pataud, pour désigner des bandits).

Regré (faire) : répugner.

Remave : pis de la vache ou de la chèvre (du latin, ruma).

Rembarrâ : border un lit, repousser quelqu'un vivement ou refuser une idée.

Remudâ (» Armudâ) : remuer.

Remplie : fécondée en parlant des animaux.-Rencontrâ : être fécondée.

Résou : raison.

Restâ : habiter.

Reuge ou Reige : sillon tracé par le labour ou ornière.

silon silon

Reveir : revoir.

Reviare : la rivière.-Riau : le ruisseau (vient de roos)

Le riau de Frontenat.

Revirâ (se) : protester, se défendre.

Riban : ruban (qui a donné le mot ribambelle).

Ribote : bon repas, noce - Ribole selon le Dr Piquand.

Rille (» La) : elle (pronom personnel, complément).-All ou Alle : elle (pronom personnel, sujet).

Ringeâ (» Matouillâ) : mastiquer longuement, ruminer.

Rocailloux (» Romailloux) : enrhumé.

Rode : une roue (comme en Combraille).

Rogatons : restes de mauvaise qualité.

Rognâ : couper grossièrement (vient du vieux français réond et roond : rond. On coupait en rond, en particulier les cheveux).-Rognures : les restes (ce qui tombait quand on avait rogné).

Roibri (» Geurlet, Chti) : maigre, chétif.

Roibri ou Ricouti : le roitelet (en vieux français ray : roi).

roitelet

Romailloux (» Rocailloux) : enrhumé ou toux, gêne respiratoire accompagnée de crachats épais, semblables à de l'écume.-Roume : écume qui se fait sur la confiture ou le pot au feu, en cuisant - Le Dr Piquand emploie groume qui vient de écume.

Rominâ (» Rusâ) : ressasser.

Rouette : Espace étroit entre le lit et le mur.

Rouette : rue étroite entre deux maisons.-"` Charrière : chemin à travers champs, où passe la charte : la voiture à cheval.

"` Chemi : chemin entre deux champs.

Rouffâ (» Maronâ, Margounâ) : maugréer, rouspéter, ronchonner.

 

Rouffant : hanneton

hanneton

Roussela : couvert de taches de rousseur.

Rouzinâ (» Broignâ, brugnassâ, brouillassâ) : bruiner ou couler faiblement - On emploie ce mot dans la Sarthe.

Rôye : rouille (du vieux français, ruil).

Rusâ (» Rominâ) : ressasser.

DicoS

 

Sa (» Bauge) : sac.

Sabbat : bruit (vient de sabazo : crier).

Sabotte : sabot fantaisie léger.-"` Claque : sabot féminin que l'on chaussait avec les pantoufles.

Sai : soif.

Saint Marti : Saint Martin - é s'armudons pa la Saint Marty : ils déménagent pour la Saint Martin (le 11 novembre).

Salouaille : saloir.

Samanca : peut être.

Sanglette : sang de volaille sur un lit d'oignons.

Sanhya : sanglier (vient du latin singularus)
Sanghié ou singuié selon le Dr Piquand.

sanglier

Sansouèrâ ou Sansouillâ (» Gassouillâ) : salir ou laver grossièrement (dans la langue d'oc, souille : fange) - Le sanhya se sansouère dé la moularde.

Santi : sentir.

Sarâ : serrer.

Sarcinâ : repriser, raccommoder.-Sarci : reprise grossière.

Sargane : poche d'un vêtement.

Sarpe : serpe.

Sarpet (» Bourrissou, Sautriquet, Chaluret) : petit individu malin.

Sassoulâ : remuer - Saboula selon le docteur Piquand.

Sau : sel (nom féminin).

Saubraire : savoir.-Saubri : su (participe passé du verbe savoir)

Sauçade : pluie.

Sauplette : culbute sur la tête (se dit d'une fillette agile ou coquine, sautariau au masculin).

Sautariau : sauterelle.

échalier (saute-ruisseau au figuré).

sauterelle

Sautriquet (» Sarpet, Bourrissou, Chaluret) : petit individu ou personnage renfrogné (souvent le plus petit ou le plus faible de la famille ou de la portée).

Savareau : souillon.

Saveir : savoir.-Saveir mal : regretter.

Sciton : grande scie destinée à tronçonner les arbres.

Se (» Soué) : soi ou lui.

Sechiare : sécheresse.

Segue : suivre.-Segu : suivi (vieux français).

Seigue : seigle.

seigle

Seir : le soir - Seirade selon le Dr Piquand.-Seirnade : soirée.

Semane : semaine (du latin septimana).

Snâ : semer (du latin seminare).

perdre.-Smence : semences.

Senouère : semoir.

Serpent (ane) : serpent, couleuvre.

serpent

Servi : servir ou saillir (on dit aussi rempli).

Service : messe (en général, un an après le décès).

Seugnâ : saigner.-Seugnou : sanguinolent.

Seugue (» Fréquentâ) : suivre ou avoir un(e) bon(ne) ami(e), flirter.

Siail : oui, bien sûr.

Siau ou Sib : seau.-Sibrade : contenu du seau - Pierre du Barnier commençait sa 3e cibrade, le landemain d'une noce.

Sicle : large panneau tressé (claie d'osier) sur lequel on faisait sécher les fruits (pommes, poires, prunes).

Silâ (» Grilâ) : crier, pousser des cris aigus.-Silée : cris perçants.

Sinâ : renifler en parlant d'un chien - Signer selon le Dr Piquand.

Snize : suie.

Soignouse : se dit de la laine non lavée, qui contient encore le suint.

Soriâ (» Guillâ) : épier ou attendre - Surilla selon le Dr Piquand.

Sorti : sortir, être originaire de.

Sou : seul (toujours employé avec tout, on ne dit pas il est seul mais il est tout seul).-Soule : seule. (toujours employé avec toute, on ne dit pas elle est seule mais elle est toute seule).

Soué (» Se) : soi ou lui.

Souillard : petite pièce contiguë à la cuisine (ou à la salle commune) où se fait tout le travail malpropre : vaisselle, confection des fromages, ...).

Soulail : soleil.

Souline : solive.

Sounâ: sonner.

Soupâ : dîner (verbe et nom commun).-Soupes : tranches de pain destinées à être arrosées de bouillon (on trempe la soupe).

Sourdeaud : sourd.

Sournican : sournois.

Soutune (fère) : se dit d'un temps orageux.

Souvenance : souvenir (nom commun), mémoire.

Sukâ : donner un coup de tête.-Su : sur et front.

DicoT

 

Ta : enveloppe fine de la châtaigne.

câtaigne

Taba : entrave de bois pendue au cou des vaches ou placée sur l'échine des chèvres pour les empêcher de « percer la bouchure » (traverser la haie).

Tabailloux (un)  ou Tabazoux (un)  ou Tabole (une)  (» Tobia, Tacaraux) : un peu fou, dérangé - Tagareau : criard, selon le Dr Piquand.

Tabazâ ou Tacossâ : frapper - Couper du bois selon le Dr Piquand pour tacossa.

Tabaze-bassin : idiot, simplet.

Tabolle : folle.

Tacaraud  (» Tabaza ou Tabazou ou Tabailloux ou Tabole, Tobia) : un peu fou, dérangé - Tobosa selon le Dr Piquand.

Tacoussis (» Abeurtas) : taillis épais.

Taillant : le tranchant d'une lame.

Taille (» Té) : étable ou écurie (du latin, tectum : toit).

Tailleux : tailleur.

Tailloux : un morceau de pain.

Talâ : meurtrir en parlant d'un fruit.

Tan : autant.

Tapâ : taper.-"` Tapée : une grande quantité.

Tapon : bouchon de paille.

Tarabatâ : faire du bruit en cherchant.

Tarare : moulin à vanner.

moulin

Tarcelet : tiercelet.

tiercelet

Tarrassou  (» Toupi) : grande terrine, grand récipient fait en terre.

Tarre : terre.

Tarrouillâ (» Entarrouillâ) : couvrir de boue.

Taupine : topinambour.

Taure : génisse (du latin, taura).

Tautou (» fazillou) : très câlin, un peu mou ou méticuleux, qui bricole.

Tauvelle : bord d'un labour dans un sens, différent du reste.

Tazounâ : bricoler - Fureter, s'amuser à des riens, selon le Dr Piquand.-Tazou  (» Fafiot, Jargeot) : lent, trop méticuleux.

Tchau : cul, derrière.-Tchau-besu (a) : à califourchon.

Tchi ou Etchi: ici.

Tchiarlâ : piailler, crier comme un oiseau.

Tchouâ : éteindre la lumière, le feu ou tuer.

 (» Taille) : étable ou écurie (du latin, tectum : toit).

Teinhu : tenu.

Tèle : toile.

Teni : tenir (participe passé : teinyu).

Tétaud : têtu.

Tetou : sein.

Teuriâ : trier les animaux pour le sevrage.

Teuriolet : trèfle sauvage.

Teurjou : toujours.

Teurlot : celui qui ressasse.

Teurna : gros bâton.

Teurnuge : chiendent.

Teurziaut : tas de 13 gerbes de blé disposées en croix (mettre à tas : constituer cet assemblage).

gerbes

Tirâ : prendre sa part au cours d'un repas.

Tirade : long trajet.

Tisâ : tirer au sort.

Tisounâ : attiser le feu avec le tisonnier.-Tisou : un tison.

Tobia (un)  (» Tabaza ou Tabazou ou Tabailloux ou Tabole, Tacaraud) : un peu fou, dérangé - Tobosa selon le Dr Piquand.

Toin : pinson.

pinson pinson

Tombâ : tomber - Le Dr Piquand emploie aussi Choua qui vient de choir.

Tombâ de l'aigue : uriner.

Tombareau : tombereau.

tombereau tombereau

¹ Charte : charrette, voiture à cheval ou à âne, automobile, pour le transport des gens.

¹ Cariole : charrette, voiture à cheval ou à âne, pour le transport des récoltes.

Topette : petite bouteille (»1/4 de litre), à rapprocher de toper : être d'accord.

Torsu : tordu.

Touassâ (» Toussinâ, Pouchâ) : tousser.-Touasse  (» Pouche) : la toux.

Tounâ : Tonner.-Tounerre : Le tonnerre.

Toune : Tonne, grand réservoir métallique pour le transport de l'eau.

tonne

Toupi  (» Tarrassou) : pot en terre.-Toupignier : égouttoir, if.

Tournade : mésaventure.

Tourte : grosse boule de pain, aplatie "` de pâté ou grosse femme malhabile.

Tourteau : gâteau fait avec les restes de pâte à pain, à laquelle on a ajouté du beurre.

Tourteau aux grilloux : pompe aux gratons.

Tourtoule : Tourterelle.

tourterelle

Toussinâ (» Touassâ, pouchâ) : toussoter.

Tou-touche (à) : très près.

Trafujau : feu de joie, surtout à la Saint Jean.

Trahi : surprendre.

Train : trace ou empreinte.

Train de fièvre : avoir toujours un peu de fièvre.

Trainâ : Traîner.-Trainasse : végétal rampant.

Trait : corde ou chaîne pour tirer un fardeau.

Tranche : pioche.

pioche

Tran : fourche recourbée.

fourche

Tranchâ : tourner, aigrir, pâlir - O lé tranchâ : il a changé de mine.

Trempâ : arroser de bouillon de légumes des tranches de pain pour faire la soupe.-Trempa : breuvage fait avec du vin sucré et du pain.

Treue (» Coche, Gobette) : truie.

truie

Trifouillâ : battre, sermonner.-Trifouillade (une) : une correction.

Trigeâ : travailler

traîner, fréquenter.

Trique (» Plarde, Gaule, Jable) : longue perche.

Trochâ : donner des nouvelles branches, rejetons, rejets - Epaissir selon le Dr Piquand.-Trochâ, Troillâ ou Trouillâ : salir avec de la boue ou marcher difficilement dans la neige

Trouchou : torchon.

Troufignon : croupion.

Tuchâ : toucher (au sens figuré : mener les animaux au champ ou au travail).

Tunniaud : taciturne - Tonneau selon le docteur Piquand.

Tutâ : boire rapidement ou comme un ivrogne.

Tutté (un) : une paille.

DicoU

 

Uave : oeil (lo aves au pluriel).

Ugeant : cette année.

Ugnou : oignon (plus près du latin, unio que du mot français).

Use (» Vuse, gueuchi) : Usé, fatigué.

Usse : Front ou sourcil (vieux mot de la langue romane, ussos) - Un co pa l'usse : un coup sur la tête.

DicoV

 

Vachailles : vaches, au pluriel.-Vachiais (taureau) : taureau reproducteur (adjectif qui ne s'emploie que dans ce sens là).

Vachiaire : remorque pour transporter les animaux.

Valouère : valoir.-Valou : valeur.

Vannâ (» Ventâ) : vanner.

Vaqua : très fatigué.

Varassâ (» Vartouérâ): bouleverser, remuer sans méthode (du bas latin, vara : guerre ; accident) - A rapprocher sans doute de Vara.-Vara: verrat.

Varge : verge.

Vargier : jardin, verger (pas de différence entre potager et verger).

Varon : larve d'insecte à bovins.

Varou : taupe

celui qui perd son temps, qui travaille mal.

taupe

Varounâ : errer.

Varsâ : verser (se dit des récoltes couchées par la pluie et le vent).

Vartouérâ (» Varassâ): se rouler dans la plume ou dans le foin.

Vas-y-vite (» Chiasse, Catafouine, Draguenette, Drille) : diarrhée

Vasâ  (» Gouillâ): se vautrer dans la boue (en parlant des cochons) ou glisser dans un trou d'eau boueuse.

Vaugère : vouloir.

Vediau ou Viau : veau.-Vèle : veau femelle.

Ventâ (» Vannâ) : vanner.

Vère : voir.-Vère : terme supplétif qui renforce.

Baye vère : donne donc !

Véré : véreux.

Vergne : osier (utilisé pour faire les clisses en vannerie).

osier

Vermorel : appareil à traiter (utilisé notamment pour pulvériser la bouillie bordelaise).

appareil à traiter

Verte : bien développée, de bon augure, en parlant de la crête des poules.

Veuillâ : veiller.-Veuillade : veillée.

Veurtouillâ : entortiller.-Veurtau : ver - Varteau selon le Dr Piquand.

Veurtigo : agitation.-Veuzon ou Via : agitation, inquiétude - Faiblesse d'esprit selon le Dr Piquand.

Viage ou Viaige ou Visaige : visage (du bas latin, viallou) - Le « s » a été supprimé, Avisa a la même origine (peu employé : on disait la figure).

Viaille  (» Jaute) : joue, mâchoire et gifle.

Iune paraille de viailles : une paire de gifles.

Viailloux ou Vire-marion(» Mournifle) : gifle.

Vigosse : vitalité, activité.

Viron : petite promenade.-Vitement : rapidement.

Vivier : fondrière, ornière, marécages.

Vonte : honte ou timidité.-Vontoux (» Queutoux, Petoux) : honteux et timide.

Voulant : faucille.

faucille faucille

Vourgeâ ou Vauyâ : brouiller grossièrement, labourer.

Vuse (» Use, Gueuchi) : Usé, fatigué.

Vzague : tissu de mauvaise qualité.

DicoWX

          

Pas de mots connus commençant par ces lettres

DicoY

 

La lettre la plus importante du parler montluçonnais, reste très présente dans le français local.

Elle remplace le, la, les, leur, lui - Elle y demande = elle lui demande.

Elle s'emploie avec la particule ty - Tu veux-ty ? = veux-tu ?

Yave : oeuf (au pluriel, on dit : dos yaves ou dos zeux).

Yayeux  (» Arauches, Rauches) : roseaux ou iris.

Yian : lien.

DicoZ

 

Ziquet : petit homme.

Zizou : indécis.

Zizounâ : bricoler - Et non pas bousiller selon le Dr Piquand.

 

CSS Valide !