Hygiène naturelle infantile

Votre bébé communique par des signes clairs lorsqu’il a besoin d’éliminer selles et urine. Les papas et les mamans qui pratiquent la HNI se doivent d’être très attentifs à la communication établie avec le bébé.

De cette façon, il est possible de comprendre à quel moment il signale un besoin d’allaitement, de sommeil ou s’il souhaite soulager sa vessie et ses sphincters. Observez son activité physiologique et apprenez petit à petit à être à l’écoute.

Hygiène naturelle infantile : lui apprendre à faire ses besoins en dehors de la couche pour devenir propre

Les bébés ont leur propre langage, il est clair que les pleurs sont parmi les plus connus. L’hygiène infantile est peu connue en Europe et permet aux parents, de procéder à un apprentissage de la propreté alternatif. Cette technique est basée sur l’observation des signaux du bébé et ressentir un lien peau à peau après les premiers mois pour lui permettre de se soulager des excréments et recevoir l’allaitement maternel à son bon vouloir. Cela devient rapidement un réflexe pour bébé de demander le petit pot, la bassine, le jardin ou les toilettes afin de faire pipi-caca à sa convenance. De cette façon, certains parents arrivent même à se séparer des couches lavables et des couches jetables. Aller aux toilettes au plus jeune âge s’inscrit dans les démarches plus écologiques qui se développent en Europe et Amérique du nord depuis peu. Le maternage prolongé est lié à cette démarche : l’intuition et l’observation vont permettre de déterminer quand allaiter, quand donner la tétine (succion du pouce par exemple), quand l’amener à faire caca et uriner.

Dans ce processus, on va retirer les couches absorbantes rapidement. Cela évite de souiller les textiles à partir de quelques mois pour laisser place au pot bébé. Utiliser un porte-bébé ou une écharpe de portage pour savoir quand le tout-petit veut aller au pot peuvent être recommandés pour ressentir l’envie des pipis et des cacas, la constipation ou les coliques, par mouvement de sphincter et sensibilité à l’activité intestinale. Les jeunes parents vont alors développer un instinct concernant leurs propres enfants et leurs besoins d’être allaités, de dormir (siestes, nuits), d’éliminer. Au cours du développement du bébé, les parents peuvent recevoir les conseils d’une sage-femme, d’un pédiatre qui apprennent notamment à la mère, à limiter progressivement l’apport en lait maternel même dans une démarche de maternage prolongé pour aider l’enfant à se réaliser seul au fur et à mesure.

Limiter la tétée, demander à aller sur le pot : des processus qui consistent à lui proposer les solutions adaptées à leurs rythmes

Pour chaque enfant, la production de lait représente un lien fort avec la mère, cependant stimuler régulièrement les mamelons crée des crevasses et peut être douloureux à terme. Comme pour contrôler la propreté, il est nécessaire de prendre le temps d’observer et de répondre aux besoins du bébé. Même s’il réclame beaucoup, après une durée définie avec un professionnel, le tire-lait et son effet néfaste sur le mamelon, comme le souci de propreté, impliquent un contrôle plus important et une réduction du nombre de tétées progressif. Ce sont des paramètres incontournables dans l’apprentissage de l’enfant et son rituel se doit d’évoluer. Aller à la selle, être nourri au sein, résoudre petit à petit une énurésie, tout cela fait partie de son propre devenir. Le bout de chou doit se préparer à votre reprise du travail, il doit trouver son rythme pour s’endormir notamment, pour recevoir des biberons mais pas que, afin d’amener une diversification dans l’alimentation, pour les mamans comme pour les papas, inciter à aller aux pots est une des clés pour lui donner un début d’autonomie. Entamer un processus de sevrage se définit avec un spécialiste ou spontanément, de manière subite, lorsque l’enfant ne demande plus ses tétées aussi régulièrement. C’est une étape importante qui se fait ni trop tôt ni trop tard, certains enfants ont plus de facilités que d’autres à se passer de la lactation et des couches-culottes, des langes ou des culottes d’apprentissage.

Il est important de lui expliquer au fur et à mesure de son développement, ce qu’il faut savoir concernant la propreté et le fait de téter. Le doudou représente également un élément du processus. Le pipi au lit peut durer un moment, comme le lien à son doudou. Enlever les couches en journées mais en porter la nuit peut être une alternative. Comme la continence et l’apprentissage du pot en cas d’envie de faire pipi, comme les apports en laits maternels, chacun adapte sa propre méthode, son propre apprentissage. Elever son enfant en HNI implique de le féliciter, de ressentir l’activité de l’intestin notamment pendant la tétée, tout ça dans une démarche d’acquisition de la propreté écolo et zéro-déchet.

Article similaire